◆★ LA CHAINE YOUTUBE ★◆

Grégoire Furrer fondateur du Montreux Comedy Festival

montreux-gregoire-furrer
montreux-gregoire-furrer

Mercredi 4 décembre a commencé le Montreux Comedy Festival qui propose de retrouver un énorme plateau d’humoristes à ne pas rater. Qu’ils viennent de la scène ou du web, le Festival est le seul lieu où se côtoient Norman, Jéremy Ferrari, Aranud Tsamère, Garnier et Sentou, Les Chevalier du Fiel et même des stand-up-africains !



Cette année, le Montreux Comedy Festival proposera 4 jours d’événements dédiés au web, à la télévision, avec des remises de prix et pour la première fois une représentation de stand-up anglophone. Avant de voir les multiples Galas où se croiseront les révélations de l’Humour, Grégoire Furrer, le président fondateur du Montreux Comedy Festival nous a offert une interview :

Youhumour : Vous êtes le président d’un des festivals d’humour les plus attendus de l’année. Qui êtes-vous ? 

Gregoire-Furrer-Montreux-comedy

Gregoire Furrer

Gégoire Furrer : Je suis un producteur qui exerce son métier depuis 25 ans et qui n’a fait que ça. Je parle le français, l’allemand et l’anglais donc j’ai la chance de travailler dans plusieurs pays d’Europe. j’ai une boite de production (GF Production) qui essaie de recentrer principalement les projets en France et en Suisse…pour l’instant, car nous commençons à nous développer à l’international. On essaie d’avoir une visibilité dans le domaine de l’humour. Ce métier m’a permis de rencontrer énormément de personnes, des artistes comme des producteurs, et c’est toute cette passion pour l’humour qui m’a formé.

Yh : Justement vous avez touché très tôt à l’humour. Vous avez une Vingtaine d’année lorsqu’apparaît le premier Festival du rire de Montreux (1990). Avez-vous toujours été attiré par le genre ?
GF : J’ai grandi à Montreux donc j’ai côtoyé très tôt les multiples festivals qui s’y déroulaient. C’est un lieu qui a défini ma personnalité car il m’a permis de faire l’expérience des choses assez intenses. Je savais ce que je voulais et j’avais la mentalité de créer un festival dédié à l’humour.

Yh : Pourquoi l’humour ?
GF : Et bien parce que je sentais que cela allait peut être important. J’avais des amis qui faisaient de l’humour et je voyais que c’était quelque chose qui pouvait être important. Rien n’était calculé bien au contraire. Je voulais être sincère avec mes envies, avec mes passions, avec moi même. Donc tout ce qui a découlé depuis 1990 a été réalisé en écoutant simplement mon coeur. Ce fut très difficile car j’étais face à une concurrence assez agressive à l’époque mais je me suis accroché.

Yh : Cet esprit combatif vient-il de vos jeunes années en tant que footballeur ?
GF : C’est possible. Être producteur est un métier fragile car il est lié à l’économie. J’ai eu quelques échecs à mes débuts mais je pense que ce sont ces difficultés qui nous renforcent et qui nous amène à oser et à se surpasser.

Yh : Pouvez vous nous présentez le concept de ce festival qui se décline sur 4 jours les soirs d’hiver ?
GF : Le concept est simple : il est lié à l’humour avec un grand H. Notre force au Festival de Montreux vient de la fidélité de notre ligne éditoriale. Nous portons une grande importance à la médiatisation de l’Humour. Pour nous, la télévision est l’ADN de Montreux. Cela a fait beaucoup jaser au début du festival mais médiatiser les humoristes de scène à la télévision est une stratégie complètement assumée et que nous avons rapidement considéré comme nécessaire pour se démarquer des autres. Depuis les années 2000 le besoin de médiatisation est devenu primordial pour les artistes de scènes d’aujourd’hui.

Montreux-comedy-festival-2013

Yh : Pourtant le festival invite également des humoristes issus du web et qui n’ont jamais fait de scène. Pourquoi ce choix  de rassembler les genres ?
GF : Justement l’arrivée d’Internet a donné un second souffle au festival. Ce nouveau média a permis d’amener un nouveau public : l’internaute qui peut interagir avec nous. Aujourd’hui une simple vidéo peut être commentée, tweetée, partagée et donc participer à la médiatisation de l’humoriste. C’est un public nouvelle génération qui vient d’un écosystème différent et qui est sensible à ce qu’il voit. Pour cela on se s’est pas précipité sur Norman dès qu’il a créé le buzz. Pendant 5 ans on a suivi tous les humoristes du web avant de les inviter dans la troupe de Montreux. Et comme ils venaient d’un écosystème différent il fallait qu’ils s’expriment différemment durant le festival.

Yh : Est-ce avec l’arrivée du web que vous avez eu l’idée de créer le Montreux Comedy Casting avec la plateforme Dailymotion.com ?
GF : Exactement. Ce nouveau public est à la recherche d’artistes qui ne sont pas toujours issus de la scène mais qui ont le même but : faire rire. Il consomme différemment le web en partageant son opinion sur la sphère publique et en recherchant ce qui est nouveau. Pour le festival, on a souhaité créer un projet qui nous permettrait de trouver la perle rare de l’humour en faisant participer cette nouvelle audience. En bref, on répond aussi à un besoin du public de voir des gens qui ne sont pas connus.

Yh : Le Montreux Comedy Casting existe depuis 3 ans en France. Cette année la demi-finale s’est déroulée au théâtre Bobino. Une consécration ?
GF : Il nous a fallu 3 ans pour financer cet événement et le voir se dérouler aujourd’hui dans ce théâtre parisien réputé fait énormément plaisir. Mais on ne s’arrête pas là car depuis septembre on a lancé le Montreux Comedy Contest aux USA et au Canada et malgré l’origine européenne du festival ce fut un énorme succès. En 3 semaines près de 300 candidats se sont inscrits !

Yh : Justement, concernant les finalistes du Montreux Comedy Casting avez-vous des favoris ?
GF : Là vous êtes méchant (il rit)! Honnêtement je n’ai pas de favoris et je pense qu’ils méritent tous leur place en finale. Je suis très heureux du cru de cette année mais j’ai été marqué par Vincent Dedienne qui est sorti un peu de nulle part mais qui a trouvé un style assez remarquable.

Yh : Allez vous faire partie du jury de la finale du casting cette année ?
GF : Non, je l’ai déjà fait pour ces participants. Je préfère laisser la place à une personne de mon équipe qui ne sera pas influencée par des aprioris.

Yh : Avec autant d’humoristes rassemblés en un seul lieu, comment se déroule une organisation de telle envergure ?
GF : C’est un travail énorme ! Mais j’appréhende plutôt bien le Festival car je suis entouré par une très bonne équipe qui sait exactement ce qu’il faut faire pour le bon déroulement de l’événement. Sincèrement je suis serein, les budgets sont tenus et les artistes ont leur contrat. La seule crainte que j’ai est extérieure : On a toujours peur qu’un avion ou un train retienne un humoriste un peu trop longtemps…

Yh : Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?
GF : Je vis de ma passion depuis plus de 25 ans et je me suis toujours dit que j’allais arrêter si je n’avais plus envie. C’était sans compter les 2 choses fantastiques qui ont relancé mon intérêt pour créer de nouveaux projets festivaliers : La première est l’ouverture vers l’international et la deuxième est le web. S’il y avait une chose à me souhaiter ce serait de ne jamais perdre la passion que nous avons de rassembler l’Humour en un seul lieu.

Retrouvez tout le programme du Montreux Comedy sur le site officiel du festival : www.montreuxcomedy.ch

Pour avoir un avant goût visionnez les vidéos des sketchs des humoristes comme Arnaud Tsamère et Noman Hosni sur Youhumour.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *